Partenaires

CNRS
Logo tutelle Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Équipes > Équipe 1 RNA, RNP : Structure-Fonction-Maturation

Recherche

L’activité de l’équipe ARN RNP structure-fonction-maturation vise à décrypter des mécanismes biologiques à l’échelle moléculaire, ceci en utilisant des approches de biologie moléculaire et cellulaire, de protéomique et transcriptomique, d’ingénierie des protéines et des ARN, de physico-chimie, d’exploration des macromolécules et des complexes ARN-protéines à l’échelle atomique (RMN, radiocristallographie, modélisation moléculaire), de génétique moléculaire. Elle utilise comme modèles biologiques les archées, la levure Saccharomyces cerevisiae, les vertébrés et certains rétrovirus (HIV-I, RSV).

Le champ d’investigation de l’équipe est organisé selon trois axes qui se focalisent plus particulièrement sur des mécanismes impliquant des ARN et les particules ribonucléoprotéiques (RNP) qu’ils forment en s’associant à des protéines.

 

Axe 1: Biogénèse des ribosomes, assemblage des RNP, modification des ARN

Axe 2: Les séquences transcrites non codantes

Axe 3: Ingénierie des ARN et des RNP, développement technologique

 

Dans ce cadre, l’équipe se concentre sur plusieurs aspects de la maturation des ARN. Dans le cas de la biogénèse des ribosomes, elle aborde les mécanismes de clivage des précurseurs des ARN ribosomiques (pré-ARNr) (Axe 1), ainsi que l’activité des systèmes enzymatiques catalysant les modifications des bases et des riboses dans les ARN. Elle étudie également les régulations du mécanisme d’épissage impliqué dans l’élimination des introns des pré-ARN messagers (Axe 2).

L’équipe s’investit dans une problématique liée, à savoir les mécanismes complexes de biogénèse chez les eucaryotes des RNP impliquées dans plusieurs fonctions cellulaires essentielles (Axe 1): à savoir les particules snoRNP impliquées dans la biogénèse des ribosomes, les snRNP impliquées dans l’épissage, la télomérase importante pour la stabilité des chromosomes, les miRNP acteurs de la régulation de l’expression des gènes eucaryotes, et la particule SRP intervenant dans la sécrétion des protéines.

Dans plusieurs de ces études, l’équipe cherche à comprendre et préciser les bases moléculaires de dérégulations qui conduisent à des pathologies humaines telles que l’amyotrophie spinal (SMA) et les pathologies liées à une activité modifiée de la télomérase (Axe 1) ; la Dystrophie myotonique (DM) et la progeria (Axe 2).

Plus récemment, l’équipe a débuté des travaux visant à étudier le lien possible entre l’expression des ARN non codants, en particulier les microARN, et l’adaptation des cellules eucaryotes à divers stress cellulaires, ainsi que dans les pathologies articulaires (Axe 2). Elle s’intéresse également au rôle joué par les longs ARN non codants dans les mécanismes épigénétiques (Axe 2).

Enfin l’équipe développe des techniques basées sur les approches à haut débit, dédiées à la production et la purification des ARN, l'analyse de leur structure 2D et leurs modifications post-transcriptionnelles (Axe 3). L'objectif est de fournir de nouveaux outils d’investigation pour l’avancement des travaux des autres axes.

L’équipe développe des collaborations avec des équipes nancéiennes des unités constitutives de la FR3209 (Bioingénierie Moléculaire, Cellulaire et Tissulaire [BMCT]), plusieurs équipes françaises dans le cadre de contrats nationaux (ANR, AFM, FRM), mais aussi avec des équipes étrangères (Max Planck Institute) dans le cadre d’un Laboratoire Européen Associé.